Publication : Nouvelles données sur la restauration des temples d’Abydos à la XXVIe et à la XXXe dynastie

Nouvelle parution (mars 2011)

David Klotz, « Two Studies on the Late Period Temples at Abydos », BIFAO 110, 2010, p. 127-163

Résumé (auteur)

« Peu de vestiges demeurent de la ville d’Abydos datant de la Troisième Période intermédiaire et de la Basse Époque (vers 1000-300 av. J.-C.). Au début du xxe siècle, Petrie découvrit les maigres traces d’un temple datant d’Amasis et les fouilles récentes menées par l’université de New York ont mis au jour un nouveau temple érigé par Nectanébo Ier et Nectanébo II. Rien à ce jour n’était connu de l’époque de la domination perse et le temple d’Amasis semblait, depuis, avoir disparu.

Il est possible désormais de combler les lacunes relatives à cet obscur chapitre de l’histoire d’Abydos. À Sohag d’une part, l’église de saint Chenouté dans le monastère Blanc (vers 450 ap. J.-C.) contient des remplois de monuments datant de l’époque pharaonique et de la période gréco-romaine. Le « projet de documentation de l’église du monastère Blanc de l’université de Yale » (2007-2009) a recensé plus de vingt blocs de granit datant du règne d’Amasis qui, d’après leur décor, proviennent du temple d’Amasis à Abydos. D’autre part, une inscription autobiographique gravée sur une statue conservée au Metropolitan Museum of Art de New York (MMA 1996.91) appartenant à un général de la XXXe dynastie narre comment le dédicant a défendu l’Égypte contre les armées de l’envahisseur perse et a entrepris d’importants travaux de restauration à la suite des dégâts subis de leur fait à Abydos.

Les témoignages archéologiques et épigraphiques suggèrent donc que les temples ont été endommagés et pillés durant la domination perse en Égypte. Les destructions dues aux Perses dont les sources se font l’écho passent souvent pour être de pures inventions au service de la propagande des Ptolémées désireux de légitimer leur pouvoir. Le cas d’Abydos nous invite à reconsidérer certaines idées reçues quant à la politique religieuse des Grands Rois. »

Aller sur le site de l’éditeur


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.